QUAND LE VÉLO DE MONTAGNE MÈNE À LA PLEINE CONSCIENCE - Filles de bois

QUAND LE VÉLO DE MONTAGNE MÈNE À LA PLEINE CONSCIENCE

L’art de saisir le moment présent au quotidien


Par sa nature risquée, notre sport oblige à se centrer sur le moment présent. Pourquoi ne pas utiliser cet atout dans notre vie quotidienne?


Voici 5 bonnes raisons d’avoir la même attitude dans ta vie que dans le bois.

PRIMO: REVENIR AU MOMENT PRÉSENT

En vélo, pas le choix d’être concentrée. Les obstacles, l’anticipation, choisir sa ligne: le moment présent est bien réel. Pas le choix d’oublier le passé et le futur.

Faire du vélo de montagne oblige à s’écouter, prendre le temps d’observer les sensations corporelles en montée, en descente, lors d’un obstacle ou d’un changement rapide de mouvement.

Dans ton quotidien, de la même façon que tu te concentres sur ton guidon devant un obstacle, tu peux repousser les ruminations de ta journée, faire sortir les émotions qui doivent être vécues si une difficulté se pointe.

SECUNDO: RECONNECTER SES SENS

Être dans la nature, dans un sentier balisé avec des roches, des racines, des arbres, c’est la joie. Sentir les vraies odeurs de la saison, voir les couleurs, est une façon de se connecter avec ses sens.

Cela nous ramène vers soi. Il n’est pas rare de ressentir l’impression d'être «à côté de nous même». Dans la vie quotidienne, comme dans les sentiers, prends le temps d’arrêter et d’observer ce que tu sens, touches, entends, goûtes ! Devenir plus consciente du lien de l’environnement sur soi.  En vélo comme à la maison, reste présente à toi et aux autres.

TIERTO: PRENDRE SOIN DE NOTRE SEUL VÉHICULE, LE CORPS

Lorsqu’on roule, on peut sentir rapidement si le corps ne suit pas totalement. Nous sommes aussi pleinement conscientes de notre souffle, de notre respiration. Pourquoi sommes-nous si sourdes à nos «appels du corps» dans le train-train routinier ?

Parce que nous prenons rarement, même jamais, le temps de faire un balayage de chaque partie du corps pour ressentir pleinement les sensations, les d’engourdissements, les raideurs, les douleurs, etc...

As-tu déjà retardé une blessure qui ne guérit pas? Pourquoi court-on à l’atelier de vélo au moindre petit crac et, en même temps, néglige-t-on telle ou telle douleur persistante?

Notre corps parle, il faudrait peut-être l’écouter (comme le chante si bien Harmonium)

 

QUADRO: SE LIBÉRER DE SES PENSÉES AUTOMATIQUES

Tes amies montent les roches sur une roue? Sautent comme des déesses? Elles passent sur un pont d’une largeur d’une planche?

Ton ego vit ça comment? Quelles sont tes pensées et tes ruminations?  Nous sommes souvent dans le jugement de soi et nous sommes dures envers nous-même.  En fait, nous manquons royalement de compassion.  Nous nous donnons aucune chance!

Prisonnières de nos réactions automatiques, nous sommes vite à se juger face aux critiques, moqueries et comparaisons.

Être bienveillantes envers soi-même, c’est changer ses modes de pensées, accepter ses forces, ses faiblesses et accueillir les situations difficiles comme une occasion d’apprendre et de grandir.

Laissons l’énergie circuler! Avez vous remarqué que ce qu’on se supporte pas chez les autres, c’est quelque chose qu’on aime pas de soi?

CINCO: CULTIVER L’ESPRIT DU DÉBUTANT

Nous avons tendance à oublier que chaque instant est unique.  L’esprit du débutant, garder un esprit neuf et ouvert t’aidera à trouver un chemin différent, plus facile ou plus stimulant.

Le secret? Ne rien prendre pour acquis parce que le même chemin change constamment, selon les conditions. Comme un enfant qui découvre quelque chose pour la première fois, comme un cycliste qui descend à vive allure. On peut s’inspirer de cette attitude acquise en vélo pour s’adapter aux aléas quotidiens, comme on le fait si bien en sentier.

En montagne comme dans la vie, il y a toujours une possibilité que tout ne se passe pas comme prévu.  Être ouvert à l’expérience, c’est créer de nouvelles avenues. Tu fais une crevaison?  Ben c’est ça!  Comment réagis-tu ? Observe tes pensées, tes émotions. Quand on y pense, c’est souvent les imprévus qui créés les plus belles histoires à raconter!

Kathy Morin

Kathy Morin

De Saguenay là là, j'adore la trail, les obstacles, mais ce qui me fait plus triper, ce sont les petits sentier roulants où c’est si agréable de passer la journée dans des décors féériques. Moab, Rocheuses, Kicking horse, Kingdom trail, banc sable au Lac St-Jean sont mes trails de rêve. Je suis masso, kinésithérapeute, orthothérapeute et professeur de yoga et méditation. J'adore combiner la pleine conscience dans la nature. Je rêve de voyage de vélo entre femmes.

Alexandra cote-durrer

Alexandra Cote-Durrer

Photographe professionelle d'aventure, je suis à mon compte depuis 4 ans. Mon dada: essayer des nouveaux sports en plein air et... les prendre en photo.

ARTICLES RÉCENTS

VIEW ALL
TOP