COMMENT CONCILIER VÉLO DE MONTAGNE ET GROSSESSE - Filles de bois

COMMENT CONCILIER VÉLO DE MONTAGNE ET GROSSESSE

Geneviève Baril, cycliste passionnée, partage son expérience


Mars 2020. J'apprends que je suis enceinte. J'ai 37 ans, je suis urgentologue, athlète amateur et le vélo de montagne occupe une grande place dans ma vie. À la joie de cette nouvelle aventure qui commence, se mêle un peu d’anxiété : Vais-je pouvoir continuer à m'entraîner et faire les choses qui me passionnent ?


Quand j’ai appris cette nouvelle, j'ai ressenti la peur de perdre ma forme physique pour toujours, de perdre toutes mes compétences de cycliste de montagne, de devenir énormément grosse et de ne jamais revenir à mon état normal. Ça, c’était le côté peur.

D’un autre côté, j’étais aussi très excitée à l’idée de rencontrer notre enfant et de découvrir notre nouvelle vie.

Je partage ici mon récit de ma grossesse en tant qu’athlète amateur, sportive née et avide de plein air.

PREMIER TRIMESTRE: S'ADAPTER À DES OBJECTIFS RÉALISTES

Le premier trimestre, pour moi, a été difficile. Tu n’as pas l’air enceinte et personne ne le sait vraiment. Tu te demandes ce que ta vie deviendra après cet évènement marquant.

La fatigue est intense et ça, c'est sans vous parler des nausées. Beaucoup de nausées.

Pour moi, ça a frappé vers la 6e semaine… jusqu'à la 16e! Mon corps m’a imposé un moment de repos; le premier depuis tant d'années!

J’ai fait du vélo dès que la saison a commencé. Pas question de rester assise sur le sofa tout l’été, moi, la "droguée" d’adrénaline et l’hyperactive que je suis. Certaines journées, je me sentais au sommet de ma forme et d’autres, il me fallait toute la discipline du monde pour sortir et rouler, ne serait-ce parfois que pour seulement une heure.

Je me souviens d'une sortie où j'ai pleuré à chaque sommet que nous avons franchi mon patient conjoint et moi. Je me sentais nauséeuse, lente et faible. Je trouvais difficile de n’avoir aucun contrôle sur les changements que je vivais.

« Pour continuer à rouler aussi longtemps que possible, j’ai dû faire un premier geste: mettre mon ego de côté et prendre ça un jour à la fois. »

J'ai révisé mes attentes et je me suis fixé des objectifs réalistes :

  • maintenir ma pratique dans des limites sécuritaires;
  • rester dans ma zone de confort (autant physiquement que techniquement);
  • sortir en vélo, même si ce n’était que pour 45 minutes
  • varier mes activités;
  • me reposer davantage.

Je pense que j'ai plutôt bien réussi. Je ne peux pas dire que c'était facile pour moi, surtout en ce premier trimestre extrêmement fatigant.

« Choisir judicieusement les sentiers et être davantage consciente des dangers étaient deux conditions essentielles pour continuer à faire du vélo de montage pendant ma grossesse.»  

DEUXIÈME TRIMESTRE: SURFER SUR L'ÉNERGIE

L’énergie est revenue tranquillement. Si bien que nous avons fait un voyage de vélo et surf à Squamish et Tofino, alors que j’en étais à ma 18 et 19ème semaine de grossesse. J'ADORE normalement les pistes et les sauts les plus avancés à Squamish, mais dans le nouveau contexte, j’ai dû abaisser mes attentes.

Mon extraordinaire conjoint a été très patient, sans jamais me mettre de pression ou se plaindre du changement de rythme. J’ai vécu un voyage merveilleux, enrichissant et satisfaisant malgré le changement de rythme. Grosse victoire pour la performante que je suis!

C’est à cette période que mon bedon a commencé à changer de forme.  À ce point de ma grossesse, je n’ai vu aucun changement sur mon équilibre, comme je le craignais (ou, du moins, c’est ce que j’avais entendu dire…mais c’est venu plus tard, après 34 semaines environ).

Avec le ventre qui grossit, le vélo de montagne et la pratique de sports catégorisés extrêmes, vient le jugement des gens et les regards désapprobateurs. Je n’ai pas toujours trouvé ça facile à gérer, mais j’étais confiante. Moi seule savais ce qui était le mieux pour moi. Je connais mes limites, je gère le risque. Qui n’est pas à zéro, évidemment…

« La pratique du vélo lors de la grossesse est une décision qui se prend en couple et avec du jugement. Mon conjoint m’a fait entière confiance dans ce processus, m’a supportée et m’a aidée à prendre les bonnes décisions. »

Par contre, il faut demeurer alerte; si, dans la vie, tu as tendance à dépasser ta limite (et chuter souvent à vélo) tu dois adapter tes choix de pistes avec extrême prudence et, surtout être en pleine connaissance du niveau de risque. C’est tout un processus et la ligne est mince.

Au cours de mon deuxième trimestre, j’ai par ailleurs souffert de crampes aux jambes (qui est un effet secondaire assez fréquent de la grossesse). Chaque nuit, entre la 15e et la 32e semaine de ma grossesse, de très inconfortables crampes nuisaient à mon sommeil, il va sans dire...

Voici ce qui a fonctionné pour soulager mes crampes:

  • Repos;
  • Étirements;
  • Boire beaucoup d'eau;
  • Prendre un supplément de magnésium: ils commencent à fonctionner après 1 mois d'apport quotidien (assurez-vous que votre médecin le recommande).

Outre le vélo de montagne et le surf, j'ai poursuivi la pratique de mes autres passions et aventures. Je me suis même engagée dans de nouvelles expéditions, sans aller vers de nouveaux sports ou des activités à haut risque.

Nous avons notamment fait une excursion de 3 jours en kayak sur le fjord du Saguenay, qui s’est avérée très énergisante et excitante. Je ne pense pas que j'aurais organisé ce voyage si je n’avais pas été enceinte. Ça a pourtant été l'un des moments forts de mon été.

TROISIÈME TRIMESTRE: UN RALENTISSEMENT NATUREL

L’arrivée du troisième trimestre, pour moi, c’était l'automne: moins de lumière, pas de voyage et vie sociale limitée (avec la pandémie). J'ai été retirée de mon travail à l'urgence en raison d'un trop grand nombre de cas de COVID dans mon hôpital et des risques inconnus associés à la grossesse. Du coup, absence complète d'adrénaline dans ma vie!  Ni au boulot, ni dans mes sports; tout un sevrage!

La modération à vélo, elle, est venue naturellement. Je n'avais plus autant de plaisir et mon corps ne coopérait plus autant. J'ai donc commencé à nager 2 à 3 fois par semaine; l'apesanteur me soulageait vraiment.

J'ai continué à faire de la musculation et quelques promenades à vélo de montagne et cyclocross 1 à 2 fois par semaine.

J'ai également fait beaucoup de randonnée en utilisant une bande abdominale, pour soutenir mon articulation sacro-iliaque douloureuse (autre effet secondaire de la grossesse, dû à une hyper laxité ligamentaire hormonale et usuellement temporaire).

« J'ai réussi à terminer toutes mes lectures de grossesse et j'ai vraiment apprécié d'être à la maison et de prendre le temps de me détendre. Je m’en suis vue surprise moi-même, qui l’eut cru? »

Le reflux gastrique est aussi devenu une part de mon quotidien lors de mon dernier trimestre. Le sommeil était plus difficile et l'énergie a diminué. L'œdème aux jambes a également été terriblement présent et invalidant.

Voici ce que j’ai fait pour réduire l’inconfort aux jambes:

  • porter des bas de compression;
  • élever les jambes (90 degrés vers le haut du mur) pendant 10 minutes plusieurs fois par jour);
  • massage;
  • faire de l’exercice physique (bien que parfois cela ne fasse aucune différence, la natation était la meilleure pour soulager l'œdème des jambes).

J’ai eu le plaisir de pratiquer quelques activités hivernales grâce à un petit regain d’énergie à la fin de mon troisième trimestre. Mon «temps pour moi» était compté!

Malgré une grossesse sans incident ou complications majeures, certains inconforts sont plus difficiles à vivre que d’autres et cela peut affecter ta santé mentale.

« Si tu es comme moi et que tu aimes te sentir en forme et forte, je t’encourage à continuer à poursuivre tes passions et sports durant ta grossesse, tout en étant consciente de l’adaptation nécessaire et des dangers reliés à leur pratique. »

Tu connais mieux ton corps, tes capacités et tes limites que quiconque. Que personne ne juge cela. Le corps des femmes est fort et tu es forte (mais pas invincible).

MES TRUCS DE SPORTIVE PENDANT LA GROSSESSE

 

  • Trouve un médecin qui comprend ton style de vie et qui tu es.
  • Consulte un physiothérapeute périnéal en vue de l'accouchement et de la période post-partum. C'est très utile pour les femmes actives qui ont tendance à retourner trop tôt à la vie normale. N'oublie pas que le périnée a subi un traumatisme considérable et il a besoin d'une rééducation.
  • Entoure-toi des bonnes personnes qui acceptent ton nouveau rythme.

Fixe-toi des limites.

  • Respecte tes nouvelles limites et met ton orgueil de côté.
  • Trouve des femmes qui ont vécu la maternité et qui t’ont inspiré. Pour moi, c'était la surfeuse Bethany Hamilton, la joueuse de tennis Serena Williams et Sonia Looney, une athlète professionnelle de vélo de montagne XC.
  • Procure-toi les leggings Align de Lululemon. Les plus doux, les plus confortables et ils épouseront ton ventre jusqu'à la fin de la grossesse.

Dors: fais-le pendant que c’est possible.

  • Repère toujours un endroit pour faire pipi. Au troisième trimestre, tu y vas tout le temps!
  • Pense hydratation. Même pendant la nuit.
  • Garde-toi des collations salées sous la main, surtout si tu as des nausées.

Va nager: tu te sentiras à nouveau toi-même!

  • Pratique du yoga spécifique pour tes douleurs de grossesse. J'ai utilisé et j'ai adoré la chaîne Pregnancy and post-partum TV sur You Tube.
  • N'hésite pas à demander à ton médecin les antiacides et anti-nauséeux qui sont recommandés en grossesse. N’attends pas trop longtemps : ça fonctionne, ça a peu d'effets secondaires et améliore considérablement la qualité de vie.
  • Essaie des suppléments de magnésium pour soulager les crampes et lutter contre la constipation (l'un des nombreux effets secondaires attendus de la grossesse).

* Ceci n'est pas un texte professionnel et ne doit pas être considéré comme un avis médical, consultez toujours votre médecin ou votre sage-femme pour des questions médicales, des médicaments ou des suppléments

Yoga_gBaril
Genevieve Baril

Geneviève Baril

Coureuse d'enduro et de descente depuis 2012, impliquée dans le vélo de montagne au féminin et passionnée de vélo, ce merveilleux sport m'a permis de créer des amitiés solides, de faire des rencontres inoubliables et de visiter des multitudes de pays exotiques sous toute leur splendeur. La passion pour ce sport m'anime autant dans ma cours arrière, Bromont, qu'en voyage dans les Andes, les Alpes ou dans nos superbes montagnes canadiennes occidentales. J'adore transmettre ma passion à ceux et celles qui sont autant passionnés que moi, raison pour laquelle j'ai entre autre fondé les deux chapitres Québecois des Muddbunnies, club de vélo de montagne féminin. Autre qu'être cycliste, mon autre passion est la médecine d'urgence, que je pratique depuis 11 ans. Les gens qui m'entourent aiment bien me qualifier "d' adrénaline junkee" . J'adore l'action en général et j'adore bouger, que ce soit à vélo, en surf, en snowboard ou en plein air. Si vous me cherchez, vous me trouverez certes dehors entre 2 quarts de travail!

ARTICLES RÉCENTS

TOUT VOIR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HAUT